Bilans et examen capillaire

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les différents moyens technologiques dont nous disposons aujourd’hui permettent à un bon nombre de scientifiques de dresser une dizaine d’examens du cuir chevelu. On est alors capable d’observer le type et la gravité des maladies capillaires dont souffrent les patients. Les causes ainsi déterminées, le médecin est apte à proposer un traitement adéquat.


Parmi les différents bilans et examens existants, on cite la capilloscopie. Une sorte de petite caméra réalisant une photo du cuir chevelu en question. Elle permet d’observer de beaucoup plus près l’état du cuir chevelu et de l’endroit de croissance des cheveux. L’analyse très précise jauge la texture et la santé du cuir chevelu. L’état de la tige capillaire ainsi que ses extrémités sont également pris en compte. On peut détecter un cuir chevelu sec ou gras, contenant de l’eczéma ou de la dermite séborrhéique. Les cheveux peuvent se révéler cassant ou fourchus, et la tige peut être terne, irrégulière ou fragilisée. La capilloscopie fournit un diagnostic clair et plutôt fiable de l’état de santé des cheveux des patients.
En traçant une cartographie capillaire et en observant les zones principales de chute de cheveu, le médecin est à même de diagnostiquer l’évolution du cuir chevelu et de fournir les futures zones à risque ainsi que le moment où elles se trouveront dénudées. C’est à partir de ce test que l’on est capable de prévoir un traitement sur court et moyen terme : l’urgence de la situation est alors évaluée de façon à établir clairement les priorités à adopter.


La densitométrie est destinée aux malades ayant subi un traitement dans le cadre d’une maladie capillaire. On effectue alors un calcul du nombre de cheveux par centimètre carré sur différentes zones. Ce calcul permet de juger de l’efficacité du traitement employé dès les premiers jours ainsi que le taux de repousse du cheveu. On est capable par ailleurs de repérer les zones « fertiles » du cuir chevelu : l’endroit ou plusieurs cheveux pousse d’un même orifice. Elément qui permettra de déterminer les zones de prélèvement propices aux greffons.


Afin de définir avec certitude le type de chute dont souffre le patient (de quel effluvium il s’agit), nous soumettons sa santé capillaire au trichogramme. Cet appareil calcule avec précision le pourcentage de cheveux anagènes (en phase de croissance), télogènes (cheveux déjà morts) ou catagène (en repos). Nos experts sont ainsi capables de visualiser la source du problème et d’administrer un traitement en conséquence. Cet examen capillaire paraclinique est très courant : en prélevant un échantillon de cheveu sur plusieurs parties du cuir chevelu, on repaire au niveau du bulbe pileux s’il est en phase de croissance, d’expulsion ou de repos. Un trichogramme ordinaire aurait pour résultats environ 1% de cheveux télogènes, 85% de cheveux anagènes et 14% de cheveux catagènes. Si les conclusions du test se révèlent anormales, il est probable que vous souffriez d’un effluvium en particulier. Ainsi, et suivant le diagnostic, il est possible d’estimer une certaine évolution quant à la chute précoce des cheveux, et de prévoir une redistribution capillaire à l’aide d’une greffe. Une stratégie à long terme est alors mise en place, afin d’éviter toute récidive de calvitie causée par un traitement à court terme.


La sébométrie quant à elle, est destinée à étudier le taux de sébum présent dans le cuir chevelu. Munit d’une sonde dynamométrique, l’expert peut alors émettre un pourcentage du taux de sébum susceptible d’engorger le cuir chevelu et donc d’étouffer le cheveu. Ce test très simple consiste à placer une lamelle sur le cuir chevelu que l’on introduit par la suite dans un lecteur, qui, à l’aide du logiciel, effectue la mesure.
En amont de tous ces bilans cheveux ou bilans capillaire, nous procédons bien sûr à un interrogatoire précis afin de connaître au mieux le patient et ses habitudes (alimentaires, environnementales), ainsi que son état psychologique (les chutes de cheveux s’expliquent parfois par un trop gros stress ou autre). On peut alors déceler l’origine de la perte, et confirmer le pronostic par une série de tests. Le patient détaillera alors l’historique de ses problèmes capillaires qui l’ont conduit ici : il évoquera également ses antécédents familiaux (bon nombre de patients souffrent de difficultés héréditaires). Les antécédents médicaux ou chirurgicaux seront aussi passés en revue, ainsi que les traitements éventuels en cours.
Un questionnaire diététique sera soumis à la personne en question, à partir duquel il sera possible de repérer les potentielles carences en vitamine ou minéraux.
Tous ces éléments sont en effet déterminants dans le cycle de vie du cuir chevelu et sont évidemment à prendre en compte : c’est pourquoi chaque expert émettra quelques conseils afin d’orienter le patient vers un mode de vie plus saint et vers un bilan capillaire poussé !

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »